Rue Paul-Courboulay, une résidence étudiante de 138 appartements

Rue Paul-Courboulay, une résidence étudiante de 138 appartements
Elle sera aménagée dans un bâtiment de 1935 qui abritait un ancien central téléphonique.

C’est une « proue » qui sera peut être le point de départ d’une nouvelle image pour le quartier. C’est en tout cas le voeu de Stéphane Le Foil, le maire du Mans qui recevait hier les promoteurs parisiens d’Open Partners, venus présenter le projet de future résidence étudiante Pasteur. La première en centre-ville.

Un projet qualifié par le maire de « geste architectural très intéressant ». La raison ? Il va consister en la réalisation de 138 logements dans un ancien central téléphonique datant de 1935.
Le pari est intéressant dans la mesure où il ne sera pas question de démolition mais de renouvellement urbain. C’est le cabinet manceau d’architectes Architour et Pièces Montées qui a été chargé de travailler le projet pour proposer des Tl et des T2 aux étudiants. Mais pas que.
Open Partners souhaite faire de la future résidence Pasteur un exemple de « l’innovation » qu’il veut apporter dans le domaine du logement étudiant.

Le rez-de-chaussée comportera des locaux de vie où les étudiants profiteront d’une laverie espace jeu, mais aussi d’un bistrot et d’une petite salle de sport. L’idée est aussi d’introduire en ces futurs lieux une vie artistique à travers un atelier littéraire, des expos photos, etc. Un petit jardin d’agrément sera également aménagé au pied de l’immeuble en bordure de la rue Paul-Courboulay « Ce sera
un vrai projet qui va ramener de la vie », estime Yves Crochet, d’Open Partners. « En France, il y a un déficit d’un million de logements pour les jeunes et l’offre est insuffisante. » Bref,
la résidence Pasteur aura des allures de laboratoire.

Les travaux vont débuter fin avril avec l’objectif d’être totalement ter minés pour la rentrée 2020. « Ce sera un vrai challenge, avec une certaine complexité technique ». Pour Rémi Hersant, l’architecte en charge du projet, il va maintenant s’agir de « travailler » ce bâtiment art déco en béton pour lui redonner vie. Il sera surélevé de deux niveaux grâce à une ossature bois qui sera recouverte de zinc.

In fine, il présentera cinq niveaux. La « proue » du bâtiment, orientée vers la rue Gambetta sera percée d’espaces vitrés qui laisseront deviner un grand escalier desservant tous les niveaux.

« Ce projet c’est une première étape importante pour passer à la suite et se projeter pour l’évolution du quartier. Derrière, il y a l’enjeu des Halles », a tenu à souligner Stéphane Le Foil. Pour l’instant, aucun projet n’est arrêté. Mais chacun sait que le quartier est en pleine mutation. La Visitation, en réhabilitation et en programme neuf offres de nouvelles perspec¬ tives. Tout comme la lourde réhabilitation de la barre Courboulay, menée par Sarthe Habitat.. « Il faut que nous soyons à la hauteur », souhaite le maire du Mans, plus que ja¬ mais désireux de donner un nouvel élan architectural à sa ville.

Source : Le Maine Libre du 13/04/19

Visualisez l’article complet : LE MAINE LIBRE-13 avril 2019